Val-et-Châtillon

Accueil Contact Liens Recherche

Vie paroissiale

 

Dernières actualités :

Avant/après : le chœur de l’église Saint-Laurent

Publié le jeudi 26 juillet 2018

Auteur : Olivier BENA

 

La réforme liturgique du concile Vatican II a engendré de profonds changements dans la manière de célébrer la messe provoquant ainsi une mutation de l’espace liturgique. Cette rare  et ancienne photo montre tout de même un prêtre célébrer « face au peuple » dans les années 1950. Sont ainsi ôtés les bancs de communion, le chancel séparant le chœur de la nef ou même les ex-voto sans oublier les niches des autels latéraux. La statuaire a été considérablement réduite voyant certains saints ou personnages bibliques disparaitre ou être déplacés. La statue du Sacré Cœur de Jésus au centre du chœur a été remplacée par un Christ en croix situé initialement à proximité du chemin de croix dans la nef. Autrefois, c’était même un vitrail lumineux qui surplombait le tabernacle.   

En 1955, le conseil municipal prend la décision de pourvoir l’église de nouveaux vitraux à l’initiative des paroissiens et de l’abbé Vittemer. La maison Georges Gross, atelier verrier nancéen, exécute une série de vitraux pour la nef représentant de manière moderne les sept sacrements chrétiens. Dans le chœur, respectant la volonté exprimée, c’est saint Laurent, patron de l’église, qui est figuré. Du côté gauche, le diacre à la dalmatique rouge distribue des pains aux démunis qui s’agenouillent à ses pieds et du côté droit, c’est son martyre sur un grill vers 258 qui est évoqué. La sobriété décorative a vu s’effacer des peintures murales représentant des palmiers, des anges en haut de la voûte romane centrale de même que l’effet de marbre ou la multitude de petites croix de Lorraine ou grecques surchargeant le chœur.  

Le nouvel autel en gré rose des Vosges est béni le 11 janvier 1976 par Mgr Bernard, évêque de Nancy-Toul. Dans les années 1990, à l’initiative de l’abbé Senger, dernier curé en titre du Val, les pieds ont été rehaussés de pièces d’art représentant des épis de blé et un pied de vigne, symboles du pain et du vin de la communion chrétienne. L’ancien autel, offert en 1843 par les sœurs Souhait, religieuses de la congrégation de la Doctrine Chrétienne, est alors reculé dans le fond de l’église. Pour finir, deux ambons en fer forgé, destinés aux lectures et à l’homélie, sont installés de part et d’autre du chœur. Cet espace spécifique, abandonné depuis le Moyen-Âge, reprenant tout son rôle a vu le démontage de la chaire totalement rendue inutile.  

Olivier BENA


Réouverture de l’église Saint-Laurent

Publié le lundi 30 avril 2018

Après la période hivernale durant laquelle elle n’est pas chauffée, l’église Saint-Laurent a rouvert ses portes pour y accueillir la messe dominicale. Un grand nettoyage de printemps a permis de lui redonner une certaine fraicheur afin qu’elle retrouve toute sa beauté. Une décoration richement ornementée avec des fleurs de saison avait été également méticuleusement préparée en lien avec le temps de Pâques.

Olivier Béna

Autres photos : http://val-et-chatillon.com/photos/picture.php?/6341/category/159


Article du bulletin municipal 2017

Publié le mercredi 03 janvier 2018

Auteur : Olivier Béna

 

Vitrail du chœur représentant Saint-Laurent et les pauvres de Rome.

 

« Partagez avec les fidèles […] et que votre maison soit toujours accueillante.». Ce verset de l’épître de Saint Paul aux Romains résume ô combien l’état d’esprit dans lequel la Communauté paroissiale sur Val-et-Châtillon tente inlassablement de s’inscrire au profit de tous, année après année.

 

L’abbé Didier Jacques, curé in solidum, nommé en septembre 2015, aidé par les membres de l’E.A.P. (Mmes Marie-Noëlle Jolé, Cathi Mansuy et Catherine François), conduit la barque de la paroisse du Bon Père Fourier des Vosges. Nous concernant, plusieurs célébrations ou rencontres se sont tenues en 2017 sur la commune.

Vendredi 14 avril, Vendredi Saint : un Chemin de Croix a été célébré à l’église réunissant une dizaine de paroissiens.

Lundi 8 mai, fête de la Victoire : célébration de la Parole en souvenir des victimes de la 2ème Guerre Mondiale. Axée sur la déshumanisation de l’homme qu’a généré ce conflit, cette dernière avait été préparée en étroite collaboration avec l’aumônerie au diocèse aux Armées Françaises.

 

Eglise Saint-Laurent pendant les fêtes.

Dimanche 18 juin : Fête-Dieu : il y a certainement des lustres que l’ancienne paroisse Saint-Laurent n’avait pas fêté aussi dignement la solennité des Très Saints Corps et Sang du Christ, appelée autrefois plus communément, Fête-Dieu. L’église, parée de blanc et de doré, s’est plongée dans le silence et la réflexion pour une heure d’adoration du Saint-Sacrement, exposé sur l’autel principal. Ensuite, la liturgie des heures, prière quotidienne des chrétiens, a conduit la dizaine de fidèles présents à l’office des vêpres présidée par l’abbé Didier Jacques. Par le passé, une procession du Saint-Sacrement se tenait sur deux dimanches dans les rues du village, avec arrêt aux différentes stations, devant les reposoirs préparés avec soin et foi par les paroissiens, des plus jeunes aux aînés. 

Dimanche 13 août : fête de Saint-Laurent, saint-patron de l’église.

Lundi 15 août : Assomption de la Vierge Marie et fête patronale du Val. Depuis sa rénovation, la tradition du passé a été renouée chaque année, le 15 août. Un office marial a été célébré à la grotte Notre Dame de Lourdes. Un répit météorologique a permis de maintenir la prière en extérieur.

 

Exposition sur le Père Charles Umbricht.

Dimanche 17 septembre : Journées du Patrimoine en lien avec la Municipalité : Pascal Marchal a accueilli de 14h à 17h une vingtaine de visiteurs pour une visite guidée. En plus, un petit parcours autour du baptistère, offrait une pause spirituelle et/ou culturelle pour tisser des liens entre l’eau, source de Vie, et la bible ou les sacrements chrétiens.

Dimanche 22 octobre : l’abbé Didier Jacques a célébré une Eucharistie à l’occasion de la Journée Mondiale des Missions.


Pour cette dernière messe de l’année 2017 à Val-et-Châtillon, nous nous sommes souvenus plus particulièrement du Père Charles Umbricht, décédé subitement le 22 octobre 1941 à Meyzieu en Isère. Même si ce dernier n’a jamais pu aboutir sa vocation de missionnaire en raison d’une santé très fragile, il s’est toujours comporté comme un père blanc. D’ailleurs, l’as des aumôniers de la Grande Guerre n’était-il pas un véritable missionnaire auprès des poilus dans les tranchées aux heures sombres de leur existence ? Cette année 2017 marque deux anniversaires : le 70ème anniversaire du retour de son corps dans la tombe familiale située au cimetière.

De même, le 11 novembre 1977, il y a 40 ans, était inaugurée la rue du Père Umbricht, remplaçant la rue de l’église, afin de « réparer l’oubli de ses prédécesseurs », comme le dira le maire François Romary. Pour ce faire, une petite exposition a retracé en quelques clichés sa vie et son ministère. Nous avons associé la mémoire du Père Francis Saint-Eve, des Missions Etrangères de Paris, disparu aussi subitement le 28 mars 2014, qui a rendu de nombreux services à la paroisse et à l’église du Val. Pour solenniser, une belle décoration de l’autel avait été préparée aux couleurs des quatre coins de la Terre.

Cette année 2017, hors obsèques, une messe mensuelle (semaine ou dimanche) en moyenne a été célébrée maintenant ainsi une certaine régularité dans la vie spirituelle des paroissiens. Désormais il n’y a plus de messe à la salle des fêtes. La prochaine messe aura lieu au printemps 2018 au retour des beaux jours.

La paroisse remercie la Municipalité pour les différents services rendus ponctuellement tout au long de l’année.

Olivier BENA

 

Adoration du Saint-Sacrement.

 

 

Quelques liens utiles :

En cas de funérailles chrétiennes, contactez le n° de téléphone suivant: 06.80.81.11.16.

Demande de messes : 17 € à adresser à la paroisse ou à Pascal Marchal.

Paroisse Bon Père Fourier des Vosges, 1 rue d’Harbouey – 54480 Cirey-sur-Vezouze

Téléphone : 03.83.75.15.49 ou par mail : bonperefourier54@orange.fr

Site internet de la paroisse avec annonces : http://www.catholique-nancy.fr/bpfdesvosges

Eglise Saint-Laurent pendant les fêtes.

 


25 ans d’orgue pour Gisèle Bourbon

Publié le lundi 23 octobre 2017

Auteur : Olivier BENA

A l’occasion de la journée mondiale des Missions et de la dernière messe de l’année 2017 en l’église Saint-Laurent, les habitants du Val, village où elle a passé sa jeunesse, en lien avec les paroissiens du Bon Père Fourier des Vosges, ont honoré son organiste titulaire à l’occasion de son jubilé d’argent, soit 25 années de musique. Fin 1992, Gisèle Bourbon a succédé au pied levé à son regretté père, François Romary, décédé tragiquement au lendemain de Noël. Petit à petit, ses compétences ont été mises à contribution à Cirey-sur-Vezouze, puis aux quatre coins de la paroisse. Comme le disait Saint Augustin : « chanter, c’est prier deux fois prie ». Alors faire chanter et résonner les tuyaux de l’orgue, c’est au moins prier trois fois !

Dans son agenda digne d’un ministre, Gisèle enchaîne au fil des semaines les célébrations alternant messes, obsèques et mariages, parfois même les trois dans la même journée comme un samedi de juillet dernier ! Disponible et ouverte aux propositions qui lui sont faites, elle relève toujours de nombreux défis comme apprendre de nouvelles partitions pour satisfaire les uns et les autres. Disposant d’une grande capacité d’adaptation en toute situation, elle a déjà ainsi accompagné le ministère de nombreux prêtres allant de l’abbé Robert Senger, dernier curé du Val, à l’abbé Didier Jacques, actuel curé in solidum.  Une belle orchidée lui a été remise en signe de reconnaissance et afin de lui souhaiter encore de nombreuses années de service.

Olivier BENA


Journée Mondiale des Missions

Publié le lundi 16 octobre 2017

Auteur : Olivier BENA

Dimanche 22 octobre, à 10h30, l’abbé Didier Jacques célébrera une Eucharistie en l’église Saint-Laurent, à l’occasion de la Journée Mondiale des Missions. Pour cette dernière messe de l’année 2017 à Val-et-Châtillon, nous nous souviendrons plus particulièrement du Père Charles Umbricht, décédé subitement le 22 octobre 1941 à Meyzieu en Isère. Même si ce dernier n’a jamais pu aboutir sa vocation de missionnaire en raison d’une santé très fragile, il s’est toujours comporté comme un père blanc. D’ailleurs, l’as des aumôniers de la Grande Guerre n’était-il pas un véritable missionnaire auprès des poilus dans les tranchées aux heures sombres de leur existence ?

Cette année 2017 marque deux anniversaires : le 70ème anniversaire du retour de son corps dans la tombe familiale située au cimetière. De même, le 11 novembre 1977, il y a 40 ans, était inaugurée la rue du Père Umbricht, remplaçant la rue de l’église, afin de « réparer l’oubli de ses prédécesseurs », comme le dira le maire François Romary. Pour ce faire, une petite exposition retracera sa vie et son ministère. Nous y associerons aussi la mémoire du Père Francis Saint-Eve, des Missions Etrangères de Paris, disparu aussi subitement le 28 mars 2014, qui a rendu de nombreux services à la paroisse et à l’église du Val. La fête liturgique de Saint Jean-Paul II, apôtre de la Miséricorde, sera aussi commémorée en lien avec l’action des œuvres pontificales missionnaires.  

Olivier BENA


Fête-Dieu 2017

Publié le mercredi 21 juin 2017

Auteur : Olivier BENA

 

Il y a certainement des lustres que l’ancienne paroisse Saint-Laurent n’avait pas fêté aussi dignement la solennité des Très Saints Corps et Sang du Christ, appelée autrefois plus communément, Fête-Dieu. Dimanche 18 juin, à 16h, l’église, parée de blanc et de doré, s’est plongée dans le silence et la réflexion pour une heure d’adoration du Saint-Sacrement, exposé sur l’autel principal. Ensuite, la liturgie des heures, prière quotidienne des chrétiens, a conduit la dizaine de fidèles présents à la célébration de l’office des vêpres présidée par l’abbé Didier Jacques. Par le passé, une procession du Saint-Sacrement se tenait sur deux dimanches dans les rues du village, séparant les différentes stations auprès des reposoirs préparés avec soin et foi par les paroissiens, des plus jeunes aux aînés. 

Olivier BENA


La Grotte Notre Dame de Lourdes fête ses 140 ans !

Publié le jeudi 22 septembre 2016

Auteur : Olivier BENA

Vendredi 16 septembre dernier, une veillée de prières a été présidée par l’abbé Didier Jacques en plein air à la grotte Notre Dame de Lourdes, située en face de l’entrée du Musée du Textile. Cette célébration jubilaire s’inscrivait dans la continuité de la journée diocésaine à Sion où Mgr Papin a consacré son diocèse de Nancy et de Toul à la Vierge Marie. Plus proche de nous, et dans la dynamique des Journées du Patrimoine, une trentaine de paroissiens du Bon-Père Fourier des Vosges sont venus confier leurs intentions de prières lors du chapelet précédé d’une courte procession mariale aux flambeaux depuis l’entrée du Musée. Les mystères lumineux institués par le Saint Pape Jean-Paul II ont été médités devant la statue joliment fleurie pour l’occasion et illuminée par de nombreux lumignons, éclairant de même les fidèles au fur et à mesure que le soleil se couchait. Ce chemin de lumière s’est conclu par un temps d’adoration suivi du salut et de la bénédiction du Saint-Sacrement. Cette tradition rappelait celle de l’installation de la Grotte où un triduum marial était organisé en septembre. Le culte voué à Notre Dame de Lourdes remonte à 1876 à Val-et-Châtillon. La sœur supérieure, Sœur Stéphanie Perrin, avait fait le vœu d’ériger une statue à la Sainte Vierge si la commune était épargnée par la guerre de 1870. Informé de ce souhait après les hostilités, le curé en fit part à la population. Ceux qui le pouvaient apportèrent leurs offrandes. La Grotte fut aménagée tout d’abord dans la cour de l’école des filles avec des pierres venant des carrières de Nonhigny. A la suite de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, les sœurs qui avaient en charge l’école des filles, se virent remerciées et remplacées par des institutrices laïques. Ainsi la Grotte fut transférée près de l’habitation de M. et Mme Veillon, là où nous la connaissons aujourd’hui. Elle a été rénovée en 2008 par l’ancienne section Sauvegarde du Patrimoine de la Maison Pour Tous. Plus récemment, les employés communaux ont lazuré la barrière qui clôt le site. La messe dominicale du 18 septembre a été dite à l’intention de cet anniversaire.  

Olivier BENA


Prière mariale à la Grotte N.D. de Lourdes

Publié le jeudi 18 août 2016

Auteur : Olivier BENA

Depuis sa rénovation en 2008 par l’ancienne section « Sauvegarde du Patrimoine » de la Maison Pour Tous, la tradition du passé a été renouée chaque année, le 15 août, fête de l’Assomption de la Vierge Marie, et également fête patronale de Val-et-Châtillon.

Un office marial a été célébré à la grotte Notre Dame de Lourdes, présente sur le site depuis 1905. C’était la 1ère fois que l’abbé Didier Jacques conduisait la célébration depuis son arrivée sur le secteur en septembre 2015. Cela faisait trois ans aussi qu’elle n’avait pu avoir lieu en plein air en raison des caprices de la météo. Ce temps de prières revêtait un caractère particulier suite aux attentats de Nice mais aussi à l’assassinat du Père Jacques Hamel, il y a quelques semaines.

Les fidèles ont également prié pour la France meurtrie par tous ces événements à l’appel de la Conférence des Evêques de France. Pour l’occasion, les cloches de l’église Saint-Laurent ont sonné à la volée à midi en témoignage de solidarité.

En septembre prochain, une célébration marquera le 140ème anniversaire du culte voué à Notre Dame de Lourdes à Val-et-Châtillon, suite à la guerre de 1870.

Olivier BENA

A consulter également : « Notre dame de Lourdes de Val-et-Châtillon » par Mme Julia Veillon


40ème anniversaire de la consécration de l’autel

Publié le mercredi 17 août 2016

Auteur : Olivier BENA

A l’occasion de la fête de Saint Laurent, diacre et martyr auquel est dédiée l’église, l’abbé Didier Jacques, curé in solidum, a célébré la messe dominicale sur l’autel consacré il y a 40 ans. En effet, le 11 janvier 1976, Mgr Jean Bernard, évêque de Nancy-Toul, avait été accueilli par l’abbé Robert Senger, dernier curé de la paroisse de Val-et-Châtillon, et avait solennellement consacré cette table de l’eucharistie en gré rose des Vosges, situé au milieu du chœur. Sa mise en place faisait suite à la réforme liturgique du Concile Vatican II. Dorénavant le culte était célébré face au peuple et non plus de dos. Comme le veut la tradition, il contient des reliques de saints martyrs. L’ancien autel, offert en 1843 par les sœurs Souhait, religieuses de la congrégation de la Doctrine Chrétienne, avait alors été reculé dans le fond de l’église. Dans les années 1990, étant trop dépouillé, ses pieds avaient été rehaussés de pièces d’art représentant des épis de blé et un pied de vigne, symboles du pain et du vin de la communion chrétienne. Pour fêter dignement cet anniversaire, l’église s’était parée de ses plus beaux atours grâce au dévouement fidèle du sacristain, Pascal Marchal. 

Olivier BENA

-> autres photographies


Récollection paroissiale de Carême

Publié le lundi 21 mars 2016


L’Abbé Didier Jacques et les deux correspondants
paroissiaux du Val: Pierre Marchal et Pascal Marchal

Dans la dernière ligne avant les célébrations de Pâques, l’abbé Didier Jacques a invité les paroissiens à se réunir à la salle des fêtes pour prendre un temps de récollection de Carême en lien avec l’année jubilaire de la Miséricorde.

C’est ainsi qu’une trentaine de chrétiens se sont réunis, issus des différents services de la paroisse allant des correspondants de village en passant par les personnes mandatées pour célébrer les funérailles sans oublier les catéchistes ou encore les responsables du groupe de lecture de biblique autour du livre de Michée.

Cette respiration a débuté par un temps de prière ponctué de chants et d’intercessions. Puis une réflexion s’est engagée sur ce qu’est une paroisse à travers l’exhortation apostolique du pape Jean Paul II sur la vocation et la mission des laïcs dans l’Eglise et dans le Monde. Cela a permis à chacun de redécouvrir tous les trésors que compte déjà la paroisse du Bon Père Fourier des Vosges. L’Eglise est capable de se réformer et de s’adapter constamment pour continuer à être celle qui vit au milieu du peuple de Dieu. Elle agit comme une communauté de communautés où les chrétiens viennent s’abreuver et continuer à marcher dans un envoi missionnaire constant. Ensuite, le film « Laissez-vous réconcilier par le Christ », thème du pèlerinage de Lourdes en 2007,  a été diffusé. Il se voulait comme un écho à l’invitation de saint Paul aux Corinthiens à entrer dans une démarche de pardon et de réconciliation avec soi-même, avec les autres et avec Dieu. Une petite séance photo ainsi qu’un verre de l’amitié ont conclu cet après-midi de rencontre et de partage.


Lettre d’informations et Coordonnées

Paroisse le Bon Père Fourier des Vosges mail : bonperefourier54@orange.fr

M. Le Curé : Didier Jacques
1,rue d’harbouey 54480 Cirey sur Vezouze
Tél. :  03.83.75.15.49.

Une ligne pour prévoir les funérailles chrétiennes : N° 06 80 81 11 16

A-Dieu à l’abbé Francis Saint-Eve (1936-2014)

    C’est avec une vive émotion et une profonde tristesse que nous avons appris le décès soudain de l’abbé Francis Saint-Eve à son domicile parisien le 28 mars 2014. Le Val et sa paroisse perd un de ses plus grands amis.

Pendant près de onze ans, il a accompagné la vie paroissiale chaque été y venant célébrer la messe et de nombreux sacrements de mariage et surtout de baptême. Il aimait beaucoup venir au Val car il disait toujours  y être bien accueilli. Il commençait souvent en affirmant d’un ton joyeux et soucieux "Ah ! Le Val ! Prions pour le Val et ses habitants !".

Son cheminement spirituel et sa vie de prêtre le rapprochait beaucoup de la figure de saint Laurent, patron des pauvres et des plus faibles. Le 15 août 2008, il avait béni la grotte N.D. de Lourdes, fraîchement rénovée alors par la section Sauvegarde du Patrimoine de la Maison Pour Tous du Val. Le 15 septembre 2013, il concélébra, une dernière fois en l’église Saint-Laurent, avec l’abbé Loppinet la messe d’action de grâces à l’occasion des journées du Patrimoine en mémoire de la vie religieuse présente depuis la fondation de l’abbaye de Bonmoutier.

Son sourire généreux, ses yeux pétillants et ses talents d’orateur qui captaient l’assemblée dans ses homélies, resteront gravés dans la mémoire et le cœur de celles et ceux qu’il a croisés et avec lesquels il ne manquait pas de bavarder. Les nombreux services qu’il a rendus nous manqueront assurément. Il repose maintenant en paix dans le caveau familial du cimetière de Badonviller, son Badonviller auquel il tenait tant !

Pages en relation

Pages classées

up Haut de page