Val-et-Châtillon

Accueil Contact Liens Recherche

Les Amis d’Alfred RENAUDIN

Article du bulletin municipal 2018

Publié le mercredi 27 février 2019

L’année 2018 qui se termine a vu encore de nombreuses activités et projets au compteur de l’association rendant hommage à l’artiste-peintre Alfred Renaudin, inhumé au cimetière communal.

Forte de ses 71 adhérents, elle œuvre à offrir une proposition culturelle sur le secteur autour de l’art par le biais de conférences gratuites ouvertes à tous mais aussi par des sorties ou autres événements. La cotisation est fixée à 10 €. Reconnue d’utilité générale, tout don se voit attribuer un reçu fiscal pour déduction à 66 %.

Le Comité remercie la Commune de Val-et-Châtillon pour le prêt à titre gracieux de la « buvette » pour l’organisation des conférences et de l’assemblée générale. L’association n’a sollicité aucune subvention communale comme en 2017.

Adjugé, vendu !

Le 6 mars, Maître Sylvie Teitgen, commissaire-priseur chez Anticthermal à Nancy, est venue présenter son métier, de plus en plus médiatisé par les émissions de télévision comme « Affaire conclue ! ».

Me Teitgen a terminé son intervention en faisant visionner de nombreuses œuvres dont celles d’Alfred Renaudin, dont la cote est locale et pour lequel il manque une grande exposition d’envergure nationale pour le transporter hors de sa chère Lorraine.

Des particuliers ont montré des objets apportés pour une expertise sommaire. Le président a remis en cadeau à Me Teitgen le livre sur A. Renaudin afin qu’elle puisse découvrir plus en profondeur l’artiste-peintre dont elle voit souvent passer entre ses mains des toiles dans son hôtel de ventes.

Cinq toiles d’Alfred Renaudin léguées au Musée du Château de Lunéville

Quelques mois après le décès de Marie-Louise Beylstein en juillet 2017 à l’âge de 101 ans, la succession de ses biens a conduit au legs de cinq œuvres de l’artiste-peintre au musée du château de Lunéville. C’était la volonté de son époux, André Beylstein. Ces toiles proviennent de l’acquisition d’Auguste Beystein, épicier rue Gambetta à Lunéville, et père d’André Beylstein, comme l’a indiqué l’arrière-petit-fils de ces derniers, Etienne Delouche, également présent lors de l’événement.

La conférence de presse de présentation s’est tenue dans la salle de la Livrée sous la présidence de Nicole Creusot, vice-présidente du Conseil Départemental et de Catherine Guyon, présidente de l’association des Amis du château et de son musée.

Elles représentent des vues des villages de Fénétrange en Moselle, Vathiménil, un jardin d’Essey-la-Côte, l’atelier parisien du peintre, et Sepvigny dans la Meuse. Ce dernier a été d’emblée prêté pour l’exposition au Musée barrois de Bar-le-Duc. Dans les prochains temps, les 24 toiles déjà appartenant au château de Lunéville seront rejointes par deux autres léguées par la famille du Docteur Jean Bichat.

Marguerite Delorme, l’orientaliste lorraine 

Le 14 avril, Astrid Mallick est venue présenter la vie et l’œuvre de Marguerite Delorme. Née à Lunéville en 1876, elle est l’élève de Luc-Olivier Merson. Elle remporte un prix qui lui permet de partir au Maroc. Elle y passera presque 25 ans. Se mélangeant à la vie locale, elle dessine, peint ou grave les paysages, les vues de ville, mais aussi les femmes marocaines.

Art en ciel lorrain 

Le 28 avril, Robert Florentin a présenté une conférence sur le thème du ciel dans l’art lorrain. De Claude Gelée en passant par de nombreux artistes comme Jules Bastien-Lepage, Michel Colle, sans oublier Alfred Renaudin, tous ont exprimé des horizons, des espaces ouverts dans leurs tableaux ou leurs vitraux, revêtant ainsi un traitement particulier de leur talent.

Assemblée générale 2018

Après la conférence de Robert Florentin s’est tenue l’assemblée générale de l’association, sous la présidence d’Olivier Béna. Un hommage appuyé a été rendu à Jean-François Puyrigaud, décédé à Paris le 23 novembre 2017, petit-fils de l’artiste-peintre et rare contemporain à l’avoir connu.

Le conseil d’administration, élu pour 2 ans, a été reconduit : Olivier Béna, président, Josiane Tallotte, vice-présidente, Henri Hard, secrétaire, Josiane Ehrlé, trésorière, Marie-Jeanne et Denis-Joël Ohlsson, Michel Godard et Jean-Luc Michel, membres.

A l’issue, un vase en grès réalisé par Anne Campiche, céramiste à Badonviller, a été offert à Robert Florentin. Attaché à la culture populaire, il met en lumière les artistes lorrains talentueux mais souvent oubliés. L’association a remercié cet érudit déjà venu à plusieurs reprises partager ses découvertes et ses connaissances au cours de conférences passionnantes.

Un bouquet de fleurs a été offert à son épouse. Nul doute que l’ensemble aurait inspiré Alfred Renaudin !

Exposition « La Meuse vue par les peintres »

Dans le cadre de l’exposition « La Meuse vue par les peintres » présentée au Musée Barrois de Bar-le-Duc du 19 mai au 23 septembre, l’association a participé activement en transmettant ses données récoltées depuis 2012 sur les œuvres de l’artiste à qui elle se consacre.

C’est ainsi que plusieurs musées et collectionneurs privés ont accepté d’y concourir et que des paysages représentant Bar-le-Duc, Verdun avant et après la bataille, Sepvigny, Vaucouleurs, les ruines du château de Gombervaux, … ont été accrochés sur les cimaises pour le plus grand plaisir des visiteurs. Un carnet de croquis au fusain sur papier est également dévoilé pour l’occasion.

Une bonne opportunité de redécouvrir le talent de celui qui voulait que « l’on se promène dans ses toiles » et tant d’autres maîtres comme Victor Prouvé ou Jules Bastien-Lepage.

La visite se décomposait en trois temps forts mettant en valeur le regard de ces artistes sur le département de la Meuse : entre ville et campagne, vie quotidienne, activités économiques et une terre d’histoire et d’art.

Sur les traces d’Alfred Renaudin … à Varennes-en-Argonne

La sortie annuelle à la découverte des lieux peints par A. Renaudin a conduit une vingtaine de participants en Meuse, en présence d’Elisabeth Thomas, petite-fille de l’artiste.

Le programme de la journée avait été concocté par Michel Godard, membre du conseil d’administration et régional de l’étape. Accueillis en mairie par le maire Jean-Marie Lambert, il a été remis en cadeau le livre de l’exposition de 2015 pour la bibliothèque communale. Puis, Michel Godard a évoqué la vie et l’œuvre d’un Varennois oublié, Lucien Jacques. Ayant plusieurs cordes à son arc allant de l’aquarelle à l’écriture, cet artiste illumina de sa présence empreinte de poésie de nombreux cercles artistiques de la première moitié du 20ème siècle. C’est lui qui découvrit Jean Giono, le fit connaître et fut son plus fidèle ami.

La visite s’est poursuivie dans le village aux endroits mis en lumière par Renaudin dans ses toiles et dessins : la maison Sauce, la tour de l’Horloge et les bords de l’Aire. Après un passage à l’église classée grâce aux vitraux réalisés par Jacques Gruber et un déjeuner au restaurant le Grand Monarque, les Amis ont fait une halte au Mémorial de Pennsylvanie, édifié en 1927 en souvenir des soldats américains morts durant les combats de 1918 pour libérer Varennes. Le groupe a visité ensuite le musée d’Argonne dans lequel est évoquée l’histoire locale dont l’arrestation, le 21 juin 1791, de Louis XVI et de la famille royale qui tentaient de rejoindre Montmédy.

En 1903, A. Renaudin a passé quelques jours dans la commune où il s’est plu à représenter le pittoresque étagement des maisons surplombant l’Aire coulant au pied de la Tour Louis XVI. Il a peint plusieurs toiles, revenant tous les matins au même endroit pour conserver la même luminosité. Une dizaine de tableaux ont été répertoriés donnant une autre vue de Varennes, détruite durant la Grande Guerre. En 1904, il réalisa même deux dessins à la plume pour l’ouvrage d’Ernest Beauguitte, L’Âme meusienne, en écho à l’exposition au Salon des Artistes Français d’une grande toile représentant Varennes, aujourd’hui propriété du musée du château de Dieppe. Une nouvelle toile a été découverte et vendue à Nancy chez Nabécor représentant une autre rive de l’Aire le 6 octobre 2018.

Trois toiles de Renaudin vendus chez Sotheby’s

Le 21 juin, la prestigieuse Maison Sotheby’s à Paris a organisé une vente aux enchères réunissant une partie de la succession de Jean-Louis Burtin. Sculpteur, ami et exécuteur testamentaire d’Emile Friant, il était également un grand collectionneur.

D’autres maîtres reconnus de l’art lorrain comme Jules Bastien Lepage, Henri Royer, Edmond-Marie Petitjean ou Jacques Majorelle figuraient en bonne place dans le magnifique catalogue de vente. Parmi les lots à acquérir se trouvaient également trois tableaux d’Alfred Renaudin représentant une rue à Ourches-sur-Meuse, le château de Réchicourt, mais aussi une vue panoramique de Cirey-sur-Vezouze. Avec l’accord des nouveaux propriétaires, l’association en a fait une copie sur une toile de 120 X 80 cm et l’a exposée au Salon des Artistes Locaux à Cirey-sur-Vezouze, les 2 et 3 septembre derniers.

Vers un catalogue raisonné ou plutôt un nouveau livre sur A. Renaudin

Depuis juillet, l’association s’est lancé un nouveau défi à savoir réaliser le catalogue raisonné des œuvres de celui qu’elle honore. L’objectif est de retrouver un maximum d’œuvres de quelque type que ce soit: huile sur toile, faïence, lithographie, aquarelle …

On estime à environ 1 000 l’ensemble du talent exprimé par le maître. Pour ce faire, l’inventaire reprendra pour chaque saisie le titre de l’œuvre, la date de réalisation, le format, la technique, et tout autre détail ou histoire à connaître. Le but ultime sera d’en retrouver un maximum ou tout au moins une fourchette fixée entre 350 et 400 œuvres. Les propriétaires privés peuvent se rapprocher de l’association pour communiquer.

Le terme « collection particulière » offre une totale protection. Il s’exercera également un strict devoir de confidentialité vis-à-vis des données collectées.

La suite logique de ce travail de bénédictin pourrait être une publication.

Après le catalogue de l’exposition du château de Lunéville en 2015 mais aussi celui réalisé pour celle présentée à Bar-le-Duc sur « La Meuse vue par les peintres », ce 3ème opus permettra de poser scientifiquement l’art de Renaudin mais surtout de le faire entrer définitivement au panthéon des artistes lorrains.

A la découverte du « Parcours Chagall » avec le C.A.J.T.

Fin juillet, une sortie a été organisée le temps d’un après-midi à Sarrebourg sur le « Parcours Chagall ». Seuls cinq enfants avaient répondu à cette proposition pourtant peu onéreuse. Dans un premier temps, le groupe a visité la chapelle des Cordeliers où se trouve le vitrail monumental « La Paix » ou « l’Arbre de Vie ». Des explications très intéressantes et pédagogiques ont été apportées sur sa composition : couleurs, symboliques, personnages et clins d’œil de l’artiste pour la postérité.

Dans un second temps, plus manuel, les enfants ont réalisé à leur goût un arbre de vie à partir de morceaux de tissu à la manière des esquisses préparatoires du vitrail ; cela a permis de laisser cours à leur imagination et leur créativité. Pour les plus rapides, ils ont pu s’exercer au tissage sur un petit métier en écho à l’observation de la tapisserie d’Yvette Cauquil-Prince. Cet après-midi culturel a beaucoup plu aux participants. A noter que l’atelier artistique « à la manière d’Alfred Renaudin » a dû être annulé faute d’inscriptions.

La révolution impressionniste

Le 22 septembre, dans la salle du Conseil à la Mairie, Marie-Pierre Gantzer, artiste plasticienne, a présenté une conférence montrant comment, au cours du 19ème siècle, les peintres français ont bouleversé les codes et imposé une vision transformant radicalement l’espace pictural. A l’aide d’œuvres et de démarches de création, elle a mis en évidence les signes de cette rupture qui préfigurent la modernité.

7 tableaux de Renaudin vendus chez Nabécor

Le 7 octobre, chez Me Perrin, une autre partie de la collection Burtin a été dispersée. Parmi les lots à acquérir se trouvaient également 7 tableaux représentant Metz, les ruines du château de Réchicourt, Varennes-en-Argonne, Baccarat, Ville-sur-Yron, le vieux calvaire à Fresnes-en-Woëvre mais aussi le Houchot de Petitmont.

 

 

L’art des Donzelli dans la Meuse

Le 27 octobre, à l’approche du Centenaire de l’Armistice, et en marge de la rénovation du monument aux morts, Dominique Lacorde, historien et écrivain argonnais, dans un large diaporama, a présenté une biographie suivie des œuvres remarquables des artistes italiens, Duilio et Dante Donzelli, père et fils, sculpteurs et artistes peintres, qui ont participé à la reconstruction artistique meusienne. Ils ont peint de nombreuses fresques d’inspiration renaissance et byzantine dans 66 églises et sculpté une cinquantaine de monuments aux morts.

Olivier Béna

http://val-et-chatillon.com/associations/amis-alfred-renaudin

https://www.facebook.com/amisalfredrenaudin/



← Retour à la page d'accueil de : Amis d’Alfred Renaudin

Pages classées

Conférence sur Albert LEBRUN (2014)

Les Amis d’Alfred RENAUDIN à Vic-sur-Seille (2013)

Compte rendu de l’année 2012

Les amis de Renaudin aux journées d’Histoire régionale (2013)

Acte de naissance d’Alfred RENAUDIN

Les Amis de Renaudin en conférence à Raon l’Etape (2013)

Les Amis d’Alfred RENAUDIN à Nancy (2013)

Procès-verbal de l’assemblée constitutive

Bulletin d’information 2012

Sortie découverte à Toul et Gombervaux en mars 2012

up Haut de page