Val-et-Châtillon

Accueil Contact Liens Recherche

Nouvelles

Flux RSS

La géolocalisation expliquée aux élus et aux associations patriotiques

Publié le lundi 03 juin 2019

Auteur : Olivier BENA

D’après Le site du Souvenir Français : http://le-souvenir-francais.fr/

A l’initiative du comité local de Cirey-sur-Vezouze du Souvenir Français, relayée par la Comcom et les amicales d’élus des trois anciens cantons, une présentation de la géolocalisation a été effectuée à la salle des fêtes par Pascal Solofrizzo, Délégué Général 54 du Souvenir Français.

« Aucune tombe d’un Mort pour la France ne doit disparaître. » martèle sans cesse le Président-général, le contrôleur général des armées, Serge Barcellini. Le Souvenir Français a pour vocation de maintenir la mémoire de tous ceux qui, combattants de la liberté et du droit, sont morts pour la France, ou l’ont bien servie, qu’ils soient Français ou étrangers.

Le Souvenir Français a souhaité mettre en œuvre une politique de sauvegarde et de mise en valeur des tombes familiales des Morts pour la France. Cette politique prend la forme d’une géolocalisation. La tombe du Mort pour la France dans un cimetière communal constitue en effet un véritable « témoin mémoriel ». La tombe se situe à la convergence de trois histoires : l’histoire familiale, communale et nationale.

A l’aide de l’application « MémoiredHomme téléchargeable gratuitement, le visiteur découvre le destin d’un combattant Mort pour la France. Y sont inclus un texte biographique et quelques photos. La présentation est également sonorisée.

L’application, développée sur une plateforme a été créée pour une utilisation sur iPad et iPhone.

Elle permettra :

  • de positionner l’utilisateur par rapport au cimetière le plus proche par l’utilisation d’un GPS.
  • de visualiser en mode carte et satellite chaque sépulture.
  • de repérer les sépultures grâce à la fonction « réalité augmentée ».
  • de découvrir des contenus: vidéo, son, texte, photos, objet 3D.
  • de télécharger l’ensemble des informations d’un ou plusieurs cimetières, pour permettre l’accès aux contenus sans accès internet. Le contenu est déverrouillé uniquement à proximité des sépultures.

La géolocalisation des tombes de Morts pour la France dans un cimetière communal nécessite trois engagements :

L’engagement de la Municipalité : les cimetières communaux sont la propriété des communes. Il appartient donc aux Municipalités de donner leur accord pour les opérations de géolocalisation et cela d’autant plus lorsque certaines tombes sont en déshérences.

L’engagement des familles : si une majorité de tombes familiales où reposent un combattant de la Grande Guerre est en déshérence, telle n’est pas le cas pour les tombes familiales où reposent des Morts pour la France des autres conflits. Il appartient dès lors aux familles de donner leur accord pour que leur tombe familiale soit géo-localisée.

L’engagement du Souvenir Français : les Comités du Souvenir Français vont coordonner les programmes de géolocalisation. Il leur appartient de gérer les contacts avec les municipalités et les recherches nécessaires à l’écriture des textes de présentation de Morts pour la France.

C’est le cimetière du Plessis-Belleville dans l’Oise qui a été la première à s’inscrire au projet. Dans région Grand-Est, c’est la commune de Jarny qui a mis en place le dispositif avec pas moins de 16 tombes.

Après le visionnage de deux reportages sur ces deux exemples, Olivier Béna, 1er vice-président du comité de Cirey, a proposé une galerie de 12  « Morts pour la France » inhumés dans les cimetières de l’ex-canton. Notable, religieux, engagé volontaire, pâtissier, professeur, …, toutes ces vies brisées pourraient ressusciter par le biais de ce projet noble et ambitieux.

Concernant le prix, une somme de 500 € est demandée aux communes de moins de 2 000 habitants pour 6 ans. Cela comprend tout le dispositif numérique mais aussi une plaque apposée à l’entrée du cimetière pour indiquer sa géolocalisation. Ensuite, 100 € pour chaque Mort de la Grande Guerre car les fiches sont rédigées par le collectif, « 1 jour – 1 poilu » : https://www.1jour1poilu.com/

Concernant les autres conflits (2ème guerre mondiale, Indochine, Algérie, OPEX, …), 50 € sont demandés par Mort. La rédaction de la fiche est à la charge du comité local du Souvenir Français.

Au bout des 6 ans, la commune doit débourser 100 € par an pour une mise à jour et actualisation du système.

Les Municipalités intéressées doivent se rapprocher auprès de leur comité du Souvenir Français.

Olivier BENA


up Haut de page