Val-et-Châtillon

Accueil Contact Liens Recherche

Nouvelles

Flux RSS

Les cloches de l’église ont 100 ans !

Publié le samedi 04 janvier 2020

Les cloches sont l’un des plus vieux instruments sonores qui existent. Elles ont été utilisées dans les églises chrétiennes depuis le 7ème siècle et rythment la vie quotidienne tant profane (gestion du temps par l’horloge) que sacrée : angélus, messe, vêpres, mariage, enterrement, glas... Les cloches des églises pouvaient autrefois être utilisées comme système d’alerte pour des évènements graves comme le feu, les invasions ou lors de guerres. C’est en 1835 que sont installées les « anciennes » cloches. Elles s’appelaient pour la grosse cloche prénommée "Catherine", la moyenne « Stéphanie » et la petite « Joséphine Henriette ».

Quasiment 80 ans plus tard, fin 1914, la commune est occupée et pillée par l’ennemi. Les cloches sont démontées laissant ainsi le village orphelin. Elles avaient annoncé quelques semaines auparavant en sonnant à toute volée le début de la grande guerre. Au lendemain du conflit,e guerre, les indemnités versées par l’Etat permettent d’acquérir de nouveaux équipements. C’est ainsi que la décision fut prise de pourvoir l’église de nouvelles cloches. C’est le 4 janvier 1920, il y a donc 100 ans jour pour jour, que de nouvelles cloches sont bénies selon la tradition.

La grosse cloche, qui donne le fa dièse, reçoit le prénom de « Jeanne d’Arc », l’illustre sainte qui allait être canonisée en 1920. Son parrain est le père Umbricht, l’héroïque aumônier de la Grande Guerre que l’on ne présente plus. Sa marraine est la baronne Jean de Klopstein, veuve du Baron Jean, tué le 17 novembre 1914 par un coup de feu reçu par les Allemands alors qu’il se trouvait à la fenêtre du château de Châtillon. La moyenne cloche, qui donne le sol dièse, se nomme « Marguerite Marie », en hommage à sainte Marguerite-Marie, également canonisée en 1920. Elle a pour parrain René, Veillon, maire du Val, qui devait décéder quelques semaines plus tard en avril 1920, et pour marraine, Marie-Marguerite Zeller. La petite cloche, qui donne le la dièse, s’appelle « Bernadette ». Son parrain est Charles Dardaine, alors adjoint au maire, et sa marraine, Marie Grandidier. Les cloches font partie du patrimoine et depuis un siècle, elles rythment la vie du village. Espérons qu’elles continueront de sonner encore de très longues années.

Olivier BENA

 


up Haut de page