Val-et-Châtillon

Accueil Contact Liens Recherche

Nouvelles

Flux RSS

Joyeuses Pâques sur un chemin d’espérance …

Publié le vendredi 10 avril 2020

C’est un Carême inédit qui s’achève pour les chrétiens de 2020. Depuis le 15 mars dernier, avec les mesures sanitaires mises en vigueur, les fidèles sont privés de la communion sacramentelle devenue spirituelle … Nous sommes au désert avec le Christ (Marc, 1, 12-13). Toutes les célébrations de la Semaine Sainte, temps fort de l’année liturgique, sont également prohibées.

Les obsèques religieuses sont réduites à leur plus strict minimum au cimetière avec une poignée de proches et si voulu une prière spécialement dédiée à cette période de pandémie. Pour les familles endeuillées, cela apporte au-delà de la séparation d’un être cher, parfois décédé seul et sans son entourage, beaucoup de tristesse et de douleur. Une célébration communautaire sera organisée à l’issue de ces temps troublés.

Pour maintenir le lien, les cloches jubilaires de notre église ont sonné Jeudi Saint à 17h pour lancer le Triduum Pascal, et annonceront la Résurrection du Seigneur ce Samedi Saint vers 20h. Confiné dans son presbytère, l’abbé Didier Jacques, curé in solidum de la paroisse, poursuit en communion de prières la Sainte Liturgie durant ces temps forts.

Jamais il n’y aura eu autant d’initiatives ingénieuses ou de prouesses techniques afin que chacun puisse continuer ce chemin d’espérance avec la mise en place de célébrations quotidiennes à la télévision, à la radio ou en live sur Internet. A chaque instant de la journée, il est possible de se joindre à la grande prière de l’Eglise : offices monastiques, messes, chapelet, conférences, méditations, … C’est un nouveau continent numérique et virtuel qui s’invite à être évangélisé !

Mais nous ne sommes pas les premiers à être confinés pour Pâques ! Il y a près de 3 600 ans, les juifs ont célébré la Pâque, Pessa’h, à domicile ! Comme le chapitre 12 du livre de l’Exode le raconte: la libération des Israélites de l’esclavage d’Égypte s’est déroulée le 14ème jour de Nissan, après la célébration de la 1ère première Pâque dans la nuit, et après que l’ange de Dieu soit passé au-dessus de l’Égypte et tué à minuit les premiers nés égyptiens. Les premiers nés israélites étaient protégés par le sang du sacrifice pascal badigeonné sur les linteaux et les montants des portes où ils résidaient.

Et puis, dans le Nouveau Testament, Jésus répond à ses disciples qui doivent organiser la Pâque de faire dire au maître de la Maison : C’est chez toi que je veux célébrer la Pâque (Matthieu, 26,18). Ainsi, puisque nous sommes privés de nos rassemblements et de nos églises, il nous exhorte à l’accueillir chez nous dans notre maison mais surtout dans notre cœur. C’est par l’attention aux personnes âgées, malades, handicapées, fragiles, en souffrance psychologique à cause du confinement, endeuillées que le Christ s’invite à notre table afin que nous répondions à son service : Il leur dira : “Amen, je vous le dis, chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces petits, à moi non plus vous ne l’avez pas fait.” (Matthieu, 35,46).

Soyons assurés que des Ténèbres jaillira la Lumière et que l’Amour vaincra !

Olivier BENA
 

Photos de la Solennité de Pâques à Val-et-Châtillon, le dimanche 21 avril 2019 :


 


up Haut de page